Les Echos Start – Ce qu’on vient chercher dans le «Twitch Game»

Les Echos Start – Ce qu’on vient chercher dans le «Twitch Game»

Du temps, de l’interaction, des rendez-vous… La plateforme initialement réservée aux gamers a inversé un certain nombre de tendances pourtant tenues pour acquises. Propriété d’Amazon, « le réseau du moment » a cassé les codes pour le plus grand bonheur des utilisateurs – parmi lesquels de plus en plus de journalistes et de politiques.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a discuté avec les deux influenceurs Fabian (à droite) et Elise du duo « Elise&Julia » (à gauche), en direct sur Twitch dans son émission #SansFiltre, le 22 février dernier. (DR)

Comme tous les matins depuis deux mois et demi, le journaliste Samuel Etienne quitte les studios de France Info pour s’installer devant son ordinateur. Son casque bien calé sur les oreilles, il commence sa revue de presse quotidienne pour ses 10.000 à 15.000 fidèles « viewers » qui le suivent en direct de l’autre côté de leur écran sur Twitch. Du Petit bleu, journal local d’Agen au Dauphiné libéré, en passant par Libération, il lit et commente tous les titres de la presse française. Le live dure de 9 h 30 à 11 h 30 presque plus longtemps que l’émission qu’il anime sur la chaîne d’info publique deux heures plus tôt. A la différence près qu’ici il a le temps d’échanger et de divaguer. « C’est ça qui est génial sur Twitch », dit-il à sa communauté, un grand sourire aux lèvres.

Le divertissement, pierre angulaire de Twitch

Son appétence pour l’information n’explique qu’une partie de son succès. La clé sur Twitch : l’interaction. Et ça, Samuel Etienne l’a bien compris. Le journaliste adore son métier et en livre les coulisses avec enthousiasme – en s’émancipant des contraintes traditionnelles à savoir le calibrage, le format, le ton sérieux consécutif de l’info. Entre deux lampées de café, il n’est pas rare de le voir danser sur une musique ou de rire aux éclats à la blague d’un de ses followers. Celui qui est aussi animateur du jeu Questions pour un champion s’est complètement adapté aux codes de l’entertainment qui règnent sur l’univers Twitch.

Né en 2011, racheté en 2014 par Amazon, Twitch s’est initialement limité au streaming de jeux vidéo. Du divertissement pur. Ce n’est que quatre ans plus tard que les contenus diffusés sur la plateforme se sont diversifiés grâce à l’avènement de la catégorie discussion baptisée « just chatting ». Si les jeux phares du réseau, à savoir Fortnite et League of Legends figurent encore parmi les sujets les plus suivis, d’autres thématiques séduisent, notamment médiatiques, politiques ou encore authentiques via les « in real life » (IRL) où des anonymes se filment dans leur quotidien.

« C’est une échappatoire »

Quel que soit le contenu, l’interaction y est fluide et rapide. C’est précisément ce que viennent chercher les viewers. En simultané, vous êtes connecté à un streamer expert dans un domaine et à sa communauté, sans intermédiaire, sans limite de temps et sans délai. Tout est instantané. Logiquement, en ces temps covidesques, la recherche d’interaction directe a démultiplié l’intérêt pour Twitch . « C’est une échappatoire », résume Romain Sohier, professeur associé à l’EM Normandie en marketing digital. En 2019, les utilisateurs ont visionné 10 milliards d’heures de vidéos en cumulé. Pendant le premier confinement, le trafic s’est envolé de plus de 50 %, selon Médiamétrie. S’il est difficile de faire le portrait-robot d’un utilisateur de Twitch, une constante émerge : il aurait entre 15 et 30 ans.

Quel que soit l’âge des viewers, une des conditions pour que le live fonctionne reste la transparence, la spontanéité et la sincérité du streamer. Même devant son écran on cherche du « vrai », en cassant les barrières traditionnelles et les silos lointains. Moyennant un chef d’orchestre, Twitch laisse penser que tout le monde peut parler à tout le monde sur un pied d’égalité.

Don’t fake it

Le gouvernement semble l’avoir très vite compris et mise dessus pour s’adresser aux jeunes. Amorcée en 2019 par des apparitions ponctuelles de certains ministres à l’instar de Jean-Michel Blanquer invité à débattre du mouvement des Gilets jaunes par des influenceurs, la percée politique des Marcheurs s’est désormais généralisée. Accusée de ne pas lutter efficacement contre la précarité étudiante, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal a choisi Twitch , vendredi 5 février, pour venir défendre son action.

La ministre Frédérique Vidal face à Hugo Décrypte le 5 février au sujet de la précarité étudiante.La ministre Frédérique Vidal face à Hugo Décrypte le 5 février au sujet de la précarité étudiante. (DR)

La présence du gouvernement s’y est même récemment structurée. Son porte-parole Gabriel Attal a lancé son émission hebdomadaire , baptisée « #Sansfiltre ». Pour la première, datée du 22 février, la discussion d’une heure et demie tournée à l’Elysée avec cinq influenceurs a rassemblé plus de 6.400 personnes en simultané. Le résultat est loin de l’agilité twitchienne mais l’audience était au rendez-vous… tout comme les critiques qui ont crié à l’instrumentalisation politique.

Après l’émission, le hashtag #étudiantspasinfluenceurs culminait en tête des tweets les plus partagés. Certains jeunes en colère ont montré, photos à l’appui, que ces « influenceurs » triés sur le volet n’étaient pas du tout représentatifs des étudiants précarisés – ce qui était l’objet du débat. Et le décalage peut être fatal. « Pour être bien perçu, il ne faut pas que vos propos sonnent faux, souligne l’expert en marketing digital. Dans le cadre des politiques, le risque que la communauté se sente utilisée est important. »

« Le maître absolu du live »

Créatrices de contenus plus consensuels, certaines écoles ont lancé, elles aussi, des chaînes Twitch pour être plus proches de leurs étudiants – privés de cours en présentiel. Depuis octobre dernier, le Digital College , école spécialisée dans les métiers du numérique, anime des réunions et des ateliers virtuels qui deviennent ainsi interactifs. Pour le corps enseignant, être sur ce réseau serait devenu « indispensable » pour se rapprocher de leurs 1.500 étudiants. « Twitch restera, je pense, le maître absolu du live », assène Ridouan Abagri, le directeur et fondateur de l’établissement. YouTube Live son principal concurrent peine à talonner ses audiences avec seulement 2,31 milliards d’heures de visionnage en 2018 – soit trois fois moins que sur Twitch.

La singularité de la plateforme tient enfin à sa capacité de bâtir des ponts entre différentes communautés – au contraire des bulles d’intérêt cultivées par les algorithmes de Facebook ou d’Instagram par exemple. Ces dernières sont certes très structurées et très fidèles aux streamers mais aussi très ouvertes, voire prêtes à partager sur le reste du « Twitch Game » – comprenez l’offre sur le réseau.

Le succès fulgurant de Samuel Etienne en est la preuve formelle. L’histoire est belle : c’est un influenceur suivi par 419.300 abonnés, fan de Questions pour un Champion, nommé « Etoiles », qui l’a invité sur la chaîne, à l’occasion de ses « Nuits de la culture » et l’a incité à créer la sienne. Le journaliste a pu bénéficier de l’influence d’Etoiles. Désormais, presque quotidiennement, Samuel Etienne fait lui aussi des « raids » – c’est-à-dire qu’il invite ses abonnés à aller en masse sur une autre chaîne. Il leur fait profiter de son aura. Face cam, la star montante de Twitch s’en réjouit : « Il y a beaucoup de bienveillance et d’entraide, ce n’est pas du tout le royaume des haters ou des trolls. » La seconde d’après, avalanche d’emoji applaudissements à l’écran, entrecoupée de petits coeurs et autres « Samuel président ! ».

L’histoire de Twitch en cinq dates clés

2006: naissance de Justin.tv, l’ancêtre de Twitch
2011: création de Twitch par Justin Kan et EmmettShear
2014: rachat par Amazon pour près d’un milliard de dollars
2015: diversification des contenus autres que du gaming
2020: deux robots échangent en direct pendant deux semaines

À NOTER

Malgré tout, Twitch demeure le pré carré des jeux vidéo. Parmi les 50 chaînes comptabilisant le plus d’abonnées oscillant entre 16,6 et 2,4 millions de personnes, toutes sans exception sont animées par des gamers. Le gaming est aussi la manne financière qui fait tourner le réseau. Et les gains sont très élevés. En 2017, ces contenus ont généré 1,7 milliard de dollars de chiffre d’affaires grâce, en grande partie, aux revenus publicitaires.

Marion Simon-Rainaud